Retour d’expérience : Shadow PC

Depuis le lancement en 2015 par Blade de Shadow PC, je m’intéresse de près à cette solution de PC « dans le cloud ». Au cours de l’année 2018, le service est monté en capacité, proposant de nouvelles fonctionnalités et s’appuyant sur une architecture technique revue à la hausse. Dans le même temps le groupe Blade a levé des fonds importants (60 millions d’euros au total) et s’agrandit, représentant aujourd’hui 5000 serveurs sur 3 datacenters, et un effectif qui augmente de 50% par trimestre. Prix de la startup de l’année, Blade continue son développement vers l’Europe et bientôt les USA, et multiplie les offres commerciales.

C’est justement à l’occasion du Black Friday que je me suis décidé à tester le service, dans un usage de création 3D et motion design, et de jeu vidéo. Si la première cible de Shadow est clairement le public gaming, on sent que récemment toucher les freelances est aussi entré dans leur projet. 

Avantage d’une machine conçue pour les jeux vidéos, la solution est techniquement correctement dimensionnée, avec un processeur Xeon, 12GB de RAM et une carte Nvidia 1080 à disposition de chaque utilisateur.

Premier contact

L’achat est aisé, puis un message prévient que l’activation prendra 5 jours au lieu des 2 habituels, en raison de la forte demande. Le délai est rapidement revu à la hausse, passant à 10 jours. Sur le Discord de Shadow ils vont jusqu’à créer un salon dédié, #onattendShadow. L’ambiance y est bonne, plutôt jeune, tout le monde est surtout impatient mais on y apprend un peu le process des installations, on suit les commandes de 20000 licences Windows 10 en temps réel, c’est assez impressionnant de voir le travail fourni par les équipes de Blade. Il me faudra effectivement 10 jours pour accéder, enfin, à mon PC dans les nuages.

Le vrai démarrage

Très facile, on peut se connecter via une application depuis un ordinateur sous MacOS, Windows ou Ubuntu, ainsi que sur tablette ou smartphone (mais sachant qu’on atterrit sur un Windows 10 desktop, l’utilisation n’est pas forcément aisée). Il existe également une box autonome, mais nous sommes pile dans le mois qui voit la fin de l’ancien modèle, alors que le nouveau ne sera disponible qu’en janvier.
Plusieurs options permettent ensuite de contrôler débit, affichage, détection du matériel, puis de lancer le Shadow proprement dit sur le serveur, avec le Windows 10 distant, et enfin d’établir le streaming interactif. A partir de là on peut passer plein écran (cmd/ctrl F), bloquer la souris dans l’app (cmd/ctrl M) et rapidement oublier le côté distant de la configuration.
Utilisable dès 10-15 Mbps grâce à une option H.265 qui par contre consomme des ressources sur la machine hôte (et donc de la batterie si c’est un portable), la qualité est optimale à partir d’environ 50 Mbps en H.264. La solution est très stable, il peut juste être nécessaire de temps en temps de relancer le streaming, ce qui prend 2 secondes, en cas de décrochage de la connexion.

Bugs rencontrés

J’ai néanmoins rencontré quelques difficultés. Au final, qui ne venaient pas de Shadow, mais bien de mon setup local :

  • Ma connexion est certains jours capricieuse. Et là, forcément, l’expérience devient pénible. Donc avant de commander, vérifiez la qualité de votre connexion. Plus que le débit maximum, c’est la stabilité qui est importante.
  • J’ai subi des freezes sur le streaming interactif, étrangement réguliers. Après avoir cherché un moment, j’ai fini par en identifier les causes, qui ne m’ont pas fait particulièrement plaisir. Il m’a fallu désactiver le service de localisation sur mon Mac, et surtout quitter et désactiver tous les services Adobe Creative Cloud. Tous ces éléments monopolisaient en effet la connexion à outrance (plus de 80%) toutes les 3 minutes !!
  • Les premiers jours la qualité d’image n’était pas au rendez-vous, jusqu’à ce que je comprenne comment régler les paramètres Windows : bien choisir la résolution native de l’écran, puis utiliser le zoom d’affichage. Peut-être logique dans l’univers PC, nettement moins en venant de chez Apple, habitué que je suis à choisir directement la résolution d’affichage.

Jouer sur Shadow

C’est fait pour. Donc tout est mis en oeuvre pour une expérience agréable, avec FPS confortables, et même quelques jeux offerts. Et le contrat est rempli.

Travailler sur Shadow

La qualité des composants côté serveur rend la chose tout à fait possible. En pratique, j’ai pu travailler sur mes outils habituels (en l’occurrence Cinema 4D, Photoshop, After Effects, DaVinci Resolve, Premiere Rush, Capture One) sans rencontrer de difficultés. J’y vois tout de même quelques limitations :

  • L’espace disque système est de 256 Go. Il faudra donc ajouter l’option d’1 To supplémentaire pour 2,95 € par mois.
  • Dans certains usages il faudra stocker les médias sur le Shadow PC, donc uploader les fichiers via un service cloud type Dropbox ou OneDrive. Du côté de Blade le téléchargement va très vite, la limite sera donc votre vitesse d’upload. Pour un usage en montage vidéo par exemple cette étape peut prendre du temps.
  • Je lis beaucoup de remontées sur les pannes et bugs rencontrés, via le Discord de la marque, même si la plupart sont probablement causées par des utilisateurs qui installent tout et n’importe comment. Mais les pannes y compris Windows, ça arrive ! Toute panne sévère de votre système distant ne pourra être résolue que par le support. Et dans un délai non maitrisable, pas forcément compatible avec une activité professionnelle. Même performant, le Shadow PC ne peut être à mon avis l’unique machine de production.

Conclusion

A ce jour je suis très satisfait du service. Quel plaisir d’avoir à disposition sur mon mac un PC puissant (avec sa carte Nvidia ! ), d’accéder à ce PC depuis n’importe quel ordinateur via l’installation rapide d’une petite application, ou même de piloter des rendus depuis un smartphone !! Si un jour je rencontre une panne et des difficultés de support je reverrai peut-être mon avis, mais pour l’instant c’est tout le contraire, le Shadow PC est performant et le service à la hauteur (dédicace au sympathique coup de téléphone reçu du service commercial pour savoir si tout allait bien depuis mon achat). 
Si jamais vous voulez tenter l’expérience, sachez que c’est possible même sur un mois, et que via mon parrainage vous pouvez obtenir une petite réduction, en utilisant le code STPM1TOB .