The Disciplined Pursuit of Less

Essentialism

Depuis quelques mois une phrase, trouvée au hasard d’une lecture de site parlant organisation personnelle, me revenait constamment : « Decide what matters and what doesn’t ». Pour alimenter cette réflexion, j’ai fini par faire quelques recherches en ciblant des mots-clés pouvant cerner ce sujet. Et je suis tombé sur un livre de Greg McKeown, « Essentialism: The Disciplined Pursuit of Less ». J’ai failli ne pas aller plus loin, le terme d’essentialisme en français étant un faux-ami et renvoyant à des concepts parfois effrayants, et le site de l’auteur mettant en scène ses idées à l’américaine, avec presque ce relent de gourou propre au genre chez nos amis d’outre-Atlantique dès qu’on parle développpement personnel.

Et je serais passé à côté d’un ouvrage très intéressant. L’idée principale est de remettre certains choix et décisions au centre de notre vie professionnelle, de mettre en œuvre l’essentiel en ignorant le reste. Car si vous ne fixez pas vos priorités, quelqu’un le fera pour vous.

The Way of the Essentialist isn’t about getting more done in less time. It’s about getting only the right things done. It is not a time management strategy, or a productivity technique. It is a systematic discipline for discerning what is absolutely essential, then eliminating everything that is not, so we can make the highest possible contribution towards the things that really matter.

By forcing us to apply a more selective criteria for what is Essential, the disciplined pursuit of less empowers us to reclaim control of our own choices about where to spend our precious time and energy – instead of giving others the implicit permission to choose for us.

Le livre est disponible en version Kindle sur Amazon, et je ne peux que le recommander. Il va rejoindre « Le Zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc » dans un casier très particulier de ma bibliothèque numérique. Les ouvrages essentiels.